61 – Sempé

9,90 

Bien­ve­nue dans la France de Sem­pé, patrie intem­po­relle d’un mer­veilleux des­si­na­teur sans frontières.

SEMPÉ, L’HUMOUR DU GENRE HUMAIN

Il fait pétiller nos yeux, gran­dir nos sou­rires et écla­ter nos rires en déployant son humour aus­si tendre qu’implacable. Ses des­sins et son esprit très fran­çais ont cette ver­tu rare d’être com­pris et savou­rés dans le monde entier. Après plus de soixante ans de car­rière, de la créa­tion du Petit Nico­las en 1960 aux dizaines de cou­ver­tures du maga­zine The New Yor­ker, Repor­ters sans fron­tières (RSF) met à l’honneur dans son 61e album un tré­sor natio­nal vivant, Jean-Jacques Sempé.

En hom­mage atten­dri, cette nou­velle édi­tion revi­site la France de Sem­pé, pays poé­tique et déso­pi­lant en noir et blanc ou en cou­leurs pas­tel. Dans de vastes pay­sages ou des inté­rieurs trop grands ou trop étroits pour eux, ses per­son­nages se mesurent aux gran­deurs, aux peti­tesses et aux mys­tères de la vie et nous ren­voient d’un trait d’esprit ou de crayon pareille­ment sûrs à notre humanité.

En grands connais­seurs de l’œuvre de Sem­pé, Antoine de Caunes et Jean-Noël Jean­ne­ney ont offert de témoi­gner, cha­cun à sa manière, de leur rieuse admiration.

QUEL HORIZON POUR LA PRESSE LOCALE ?

Par­tout dans le monde, les médias de proxi­mi­té souffrent de la désaf­fec­tion de leurs lec­teurs et de la migra­tion de leurs reve­nus vers Inter­net. En quinze ans, près de 1 800 jour­naux ont fer­mé aux États-Unis, empire de la « local press » !
La presse quo­ti­dienne régio­nale fran­çaise (PQR), qui compte moins de 60 titres (contre 175 à la Libé­ra­tion) par­ta­gés entre une dizaine de groupes de presse, n’est plus aus­si frin­gante qu’il y a quelques années encore: chute des recettes publi­ci­taires, vieillis­se­ment, métro­po­li­sa­tion et nou­velles attentes des lec­to­rats l’obligent à se réin­ven­ter et à four­nir, au-delà de ses ser­vices habi­tuels de proxi­mi­té, une véri­table infor­ma­tion à valeur ajou­tée, en ligne et en papier.